samedi 4 octobre 2008

Jeu 2008 - Envoi n°19 : 81 Fulham Road (Londres - Grande-Bretagne)


Second envoi de D. M., il m’a été un peu plus difficile de retrouver les coordonnées de cette étrange curiosité londonienne que pour le pub “Fox & Anchor”. Mais enfin... on parvient à tout avec un peu d’effort.
Evidemment, la Michelin House n’était pas, à l’origine, ce qu’il est aujourd’hui, c’est à dire un restaurant, un bar à huîtres et un café. Il s’agissait bien, lors de sa construction en 1909, du siège londonien de la maison Michelin. On n’en connaît pas le nom de l’architecte, qui était peut-être exclusivement attaché à la firme.
Comment pourrait-on exactement définir le style de cet édifice à la fois commercial et publicitaire ? Son décor en céramique et ses éléments en ferronnerie appartiennent bien au monde de l’Art Nouveau, mais ses vitraux sont déjà Art Déco, comme la ligne générale du bâtiment. Evidemment, la déclinaison amusant du motif du pneu - et du personnage qui en est composé - rend l’appréciation stylistique plutôt difficile, mais donne incontestablement à l’ensemble une évidente originalité : le vitrail montrant Bibendum en boxeur est une fantaisie réellement désopilante, qu’il ne s’agirait pas de manquer si vous allez sur Fulham Road.

La maison Michelin a joué pleinement la carte de la couleur, celle des briques vernissées et des faïences, qui donnent ainsi des tons rouge, jaune, vert, bleu et blanc, mais aussi celle des carreaux “historiés”, évoquant les principales courses automobiles où, n’en doutons pas, les pneus Michelin ont dû faire des exploits ! Ces petits paysages animés ont une grâce naïve, renforcée par leur encadrement végétal, typiquement Art Nouveau.

D’après ce que j’ai cru comprendre, la maison Michelin a déserté les lieux en 1985. Leur transformation en restaurants les ont donc sauvé d’une éventuelle menace de destruction, et le maintien de l’essentiel du décor intérieur, étrangement anachronique pour des amateurs d’huîtres. Mais on ne s’étonnera évidemment pas qu’on peut y déguster de la cuisine française. Un tel lieu ne pouvait tout de même devenir un fast food !

La Michelin House n’a évidemment aucun rapport avec l’Art Nouveau londonien. Ce que j’ai pu suggéré précédemment sur le Modern Style anglais ne s’applique pas à cet édifice, conçu par des Français et probablement construit avec des matériaux venus du continent. Les petites scènes de courses automobiles, d’ailleurs légendées en français, ont certainement été fabriquées chez nous, peut-être dans une de ces faïenceries de l’Est, alors si florissantes.

PS (10 octobre 2008) : Un généreux correspondant nous informe que l'architecte de cette curiosité s'appelerait François Espinasse. Merci à lui.

Aucun commentaire: