dimanche 14 septembre 2008

Entr’acte n°26 : ... à Zakopane (Pologne)


Le temps s’est rafraîchi. L’automne arrive. Et les vacances sont terminées pour la plupart d’entre nous. Mais cela nous empêche-t-il, même en imagination, de continuer à nous promener dans le monde de l’Art Nouveau ? Et d’attendre encore un peu plus de frimas pour reprendre le cours de nos promenades parisiennes ?
Pour aujourd’hui, je vous propose de partir en Pologne, à la découverte de deux étranges villas, dans la charmante petite ville de Zakopane, station de ski réputée, située à quelques kilomètres à peine au nord de la frontière slovaque.
Elle furent toutes deux construites par Stanislaw Witkiewicz (1851-1915), qui est assurément plus connu dans son pays comme écrivain et comme peintre que comme architecte. On le considère néanmoins comme le créateur - ou seulement le meilleur représentant ? - de ce qu’on appelle le “style de Zakopane”. Mais est-ce un style qu’on peut sans problème rattacher à l’Art Nouveau ?

La première construction de Witkiewicz, la villa Koliba, est aujourd’hui un musée où sont d’ailleurs exposées de nombreuses peintures de l’artiste, qui peuvent être rattachées au réalisme polonais, puissant et parfois sombre, mais où certaines grâces 1900 ne sont pas totalement absentes, notamment dans certains de ses portraits. La maison se caractérise par son architecture presque exclusivement en bois et la multiplication très pittoresque de ses toitures. A première vue, nous avons ici affaire à une construction traditionnelle, très bien adaptée au climat rude des montagnes.

Mais certains détails ne peuvent que troubler l’esprit, comme la décoration très sophistiquée de la rambarde de la terrasse couverte ou de l’escalier d’accès, mais aussi toutes les parties gravées ou ajourées à l’intérieur de la maison. Pourtant, celle-ci fut édifiée en 1892-1893, à une époque où l’Art Nouveau était à peine en gestation dans les pays d’Europe où ce style commençait à émerger. Comment expliquer, ainsi, l’étonnante décoration en fer forgé de la porte d’entrée, où se devinent d’amusants lézards très stylisés, ou la décoration florale - elle aussi en métal -, de certaines fenêtres ?

L’étrangeté de la villa vient aussi de son ameublement, peut-être plus tardif, mais où un Art Nouveau plus caractérisé se rattache à tous les styles développés dans les pays scandinaves ou en Finlande, où structure, sobriété et solidité sont les maîtres-mots d’une grande originalité. Ces meubles ont l’avantage de nous apprendre les racines foncièrement populaires et traditionnelles de l’Art Nouveau polonais, et du fameux “style de Zakopane” en particulier.

On trouve la confirmation de tout cela dans la villa Pod Jedlami, construite par Witkiewicz en 1896-1897. On y retrouve, notamment au niveau des panneaux de bois gravé, tout ce que que l’Art Nouveau local doit à l’artisanat traditionnel. Mais le puissant soubassement de l’édifice, en pierre, s’orne d’arcs rampants dont beaucoup d’architectes plus “latins” ont usé et parfois abusé par la suite. Une curieuse rampe en fer forgé, à motifs d’iris, achève d’apporter une certaine confusion dans notre esprit ? Et s’il s’agissait vraiment d’Art Nouveau ?


Witkiewicz a construit plusieurs autres villas à Zakopane, mais aussi la petite et charmante chapelle de Jaszczurowce. On y retrouve toutes les caractéristiques de son talent d’architecte : de beaux soubassements en pierres, avec des arches aux formes singulières, des panneaux de bois au décor rayonnant, des éléments métalliques aux étranges résonances.



Sans doute doit-on rejeter, finalement, le “style de Zakopane” hors des limites stylistiques de l’Art Nouveau, selon toutes ses autres définitions européennes. Né un peu trop tôt, encore très largement soumis à des styles plus traditionnels en Pologne, il n’en demeure pas moins troublant, confirmant les origines anciennes, diverses et parfois très obscures du Modern Style. Il est évident que les déclinaisons de celui-ci, dans les pays nordiques, sont parfaitement liées à des traditions séculaires et leur restent plus authentiquement attachées que dans les pays latins. Zakopane reste donc peut-être un mystère... que je vous invite à percer vous-même. Cet hiver, peut-être, si vous aimez aussi faire du ski !

2 commentaires:

Frédéric a dit…

Bravo pour ce blog très complet: on y épouse avec délices les méandres de l'Art nouveau.

Cordialement

FM

http://www.blog.frederic-martinez.fr/

Anonyme a dit…

C'est incroyable et extraordinairement beau,un peu beaucoup art and craft,un bijou!!