dimanche 20 avril 2008

Cadavre exquis n°2 : 53 rue du Val-d’Osne (Saint-Maurice, Val-de-Marne)


Après les “Entr’actes”, consacrés à quelques édifices intéressants de nos belles provinces et de l’étranger, après les “Documents”, permettant de vous faire partager quelques savoureux commentaires d’époque, voici une nouvelle rubrique : les “Cadavres exquis”. Disons-le d’emblée : j’aurais vraiment aimé ne jamais la créer, car le titre se suffit presque à lui-même : il s’agit d’articles consacrés à des constructions aujourd’hui disparues, mais qui ont heureusement laissé des traces visuelles avant de disparaître. Dans cette catégorie pourront entrer une grande partie de l’œuvre de Guimard, quelques-uns des édifices les plus ambitieux de Plumet, et j’ai corrigé l’intitulé de mon article sur l’hôtel d’Yvette Guilbert, construit par Xavier Schoellkopf sur le boulevard Berthier, pour en faire mon premier “cadavre exquis”.
Cette seconde édition est consacrée à trois édifices du Val-de-Marne, les deux premiers à Nogent-sur-Marne, le second à Saint-Maurice.

Le Casino Tanton a presque été une sorte d’emblème des charmantes guinguettes construites à Nogent, sur les bords de la Marne. Le bâtiment, en lui-même, était une sorte de halle couverte, très simple mais très lumineuse, qui détonnait sur le bord de la rivière par son étrange façade, principalement composée d’une immense verrière au dessin typiquement Art Nouveau. L’architecte en était Georges Nachbaur, que nous avons déjà rencontré dans ces pages.

Au Casino Tanton, on dansa la polka et la mazurka jusqu’à la guerre de 1914. Mais le bâtiment ne résista pas au changement de goût : il fut transformé en garage à bateaux, en 1929, par le Club Nautique de la Bourse de Paris ! Il existe toujours, mais ne présente plus de véritable intérêt architectural. A peine peut-on y reconnaître le sommet de son grand arc vitré...

Les Nachbaur édifièrent également un étrange restaurant, “A la cloche”, qui se trouvait sur le boulevard de Champigny, à l’entrée du pont de Nogent. Le style de ces architectes s’y reconnaît immédiatement, avec ses lignes directrices parfaitement mises en valeur et ses ornements en relief. Les arcades du rez-de-chaussée constituaient évidemment le “morceau de bravoure” de cet amusant lieu de détente et de bonne humeur, avec leurs formes presque exagérées soulignées par la blancheur de leur enduit. Elles apportaient au bâtiment un petit charme presque exotique, contrebalançant l’aspect général de chalet suisse qui le caractérisait. Construit pour M. Outhier, il a aujourd’hui complètement disparu. Seules les cartes postales anciennes et quelques publications d’architecture de l’époque permettent d’en conserver la mémoire.

La “Brasserie Paul”, à Saint-Maurice, construite vers 1903 aux abords du bois de Vincennes, permet de nous intéresser à un autre architecte passionnant du Val-de-Marne : Georges Guyon (1850-1915). Comme les Nachbaur, cet artiste travailla généralement en famille, associé avec ses fils : Maurice, né en 1877, et Henry. Installée à Saint-Maurice, l’agence travailla dans toutes les localités avoisinantes (principalement à Charenton), mais également à Paris.
Le caractère parfois très surprenant de leurs travaux conféra aux Guyon un certain crédit dans les revues d’architecture, qui leur ouvrirent assez régulièrement leurs colonnes. C’est ainsi que la brasserie de la rue du Val-d’Osne eut les honneurs de “L’architecture usuelle”, une passionnante revue essentiellement consacrée à la construction pavillonnaire de la banlieue parisienne. On y trouve ainsi les relevés des deux façades (la seconde est sur la rue Eugène-Delacroix... natif de Charenton), ainsi qu’une très charmante vue générale, en couleurs.

Lieu de divertissement et de détente, ce restaurant joua complètement la carte de l’insolite - s’inscrivant dans un paysage urbain très ordinaire -, le bizarre - par une décoration et une coloration très extraverties - et l’anachronique - l’évocation des colombages normands. Néanmoins, derrière les étranges ouvertures de la terrasse et les grandes gerbes de bois de l’étage, se laissait deviner un édifice malgré tout assez conventionnel.
L’audace formelle de la décoration n’est pas sans évoquer Guimard - certaines ouvertures de la salle Humbert-de-Romans - ou même Henri Sauvage - la terrasse couverte de la villa Majorelle. La présence de chats, sculptés sur les murs extérieurs, associée à la couleur verte des parties en bois, a parfois donné le nom de “Cabaret du chat vert” à cet établissement d’une rare fantaisie.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Le bâtiment existe encore. J’allais presque écrire : “malheureusement”. Car une destruction totale aurait sans doute paru moins cruelle. La gentillesse d’un lecteur fidèle m’a permis d’en avoir une image récente. Elle permet de constaster que, du travail originel des Guyon, ne subsistent désormais que la base et une partie du couronnement de l’amusant encorbellement d’angle. Partout ailleurs, le bâtiment a été bétonné, normalisé, banalisé.
Si vous vous rendez sur le site de l’Inventaire général, vous y trouverez une information surprenante : on y prétend, en effet, que l’édifice est aujourd’hui “restauré”. Certes, il est en bon état et semble parfaitement entretenu. Mais doit-on parler ici de restauration ? Je laisse la réponse à votre appréciation...

8 commentaires:

Guiom, filmmaker a dit…

Passionnant ! Votre article pose également une question récurrente : l'importance des architectes "locaux" (j'entends par là ceux qui ne se sont pas illustrés dans la capitale mais ont néanmoins suivi les courants de l'époque dans des constructions en province). Qu'en est-il par exemple de "l'oeuvre Nachbaur" dans le Val-de-Marne ? D'autres édifices mieux conservés existent-ils encore (à supposer qu'on en ait connaissance) ?
J'ajouterai une remarque au sujet de la note de l'Inventaire : il est hélàs mis à jour à une vitesse qui n'est pas celle du renouvellement du tissu urbain francilien. A titre d'exemple, je lisais il y a quelques temps une notice de 1991 concernant un orphelinat dans la ville de C. (92) ; vers 2002 il a été totalement transformé en édifice public : c'est là que je travaille, et ça n'a plus rien à voir avec la description qui en est faite à l'Inventaire, aucune mise à jour n'apparaissant sur la notice qui laisse supposer que les choses sont toujours en l'état ! ! !
Lorsqu'un édifice ne bénéficie d'aucune protection, ce genre de déconvenues est monnaie courante et de telles notices constituent évidemment un témoignage précieux (c'est leur rôle du reste), mais à l'usage on constate qu'elles recèlent assez souvent de nombreuses fautes et imprécisions qui ne rendent pas les recherches faciles !

P-F Benoit a dit…

L'Inventaire est très utile mais pas toujours fiable, il faut bien le dire.

Un petit mot également pour vous annoncer l'ouverture de mon blog, qui ne vous fera pas concurrence (;-) car il traitera surtout des vieilles églises de Paris.

http://lesegarements.wordpress.com/

Anonyme a dit…

L'ouvrage : PARIS ART NOUVEAU de MM. Borsi et Godoli (Novecento-1989) nous apprend page 239 et 241 : "Il reste aujourd'hui quelques exemples de décor Art Nouveau dans des cafés populaires.....Le Cabaret du Chat Vert dans la rue du Val d'Osne à Charenton de Georges Guyon, qui avec ses structures apparentes de bois courbé se rattache à la leçon des chalets de Guimard, est un curieux exemple de la diffusion de l'Art Nouveau jusq'au fond de la banlieue parisienne." Certe s cet ouvrages donne beaucoup d'informations mais elles ne sont souvent que des pistes mal exploitées. Et pourtant MM. Borsi et Godoli, que j'ai rencontrés, sont des sommités reconnues. Un autre mérite de ce livre est la documentation. Il y a une photo représentant le cabaret - que le mateur saura certainement faire partager - qui prouve la réalité de la construction. Peut-être Guimard furieux (une fois de plus) a-t-il fait démonter ce pastiche nouille de son style.

Le mateur de nouilles a dit…

Pour cette fois-ci, on disculpera volontiers Guimard d'être à l'origine de la disparition du "Chat vert". Les changements de goût, si préjudiciables aux lieux de convivialité, suffirent à le faire disparaître.

Anonyme a dit…

Bonjour et bravo pour votre article.

Je voulais juste préciser que le Casino Tanton, réhabilité en 1929 en club d'Aviron, a été démoli en mai ou juin 1990.

Par chance, il reste encore aujourd'hui quelques pavillons construits par les frères Nachbaur à Nogent sur Marne.

Le mateur de nouilles a dit…

Merci pour cette précision (importante !) qui m'avait échappé. Ainsi donc : "Ite missa est" !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Juste un point de détail à propos d'Eugène Delacroix. A la naissance du peintre, la commune s'appelait Charenton-Saint-Maurice. Ce sont aujourd'hui deux communes distinctes mais Eugène Delacroix est bien né sur le territoire de l'actuelle commune de St-Maurice. Sa maison natale (qui abrite maintenant la bibliothèque municipale) est d'ailleurs à proximité du 1 de la rue du Val d'Osne. Desseins de la semaine

T Euro a dit…

Merci à l'anonyme pour son info concernant la démolition du Casino Tanton, du nom de mon arrière-arrière-grand-oncle. En effet je l'ai cherché en vain à Nogent il y a quelques temps.