samedi 1 septembre 2007

Entr’acte n°9 : 2 bis, rue Théagène-Boufart (Fécamp - Seine-Maritime)


Ah ! Fécamp ! le n°2 bis de la rue Théagène-Boufart... la pittoresque “Villa Emilie” de l’architecte O. Lebègue ! Non, il n’y a pas, dans cette charmante cité balnéaire, que la Bénédictine et sa savoureuse liqueur qui puissent mériter un petit détour. Outre de jolis bâtiments Art Déco, Fécamp possède cette curieuse folie Art Nouveau, originale et compliquée.


L’essentiel de la maison est couvert de meulière, et n’est coloré qu’au moyen de briquettes rouges et vertes. Mais la façade est joliment composée, avec une totale asymétrie, et ses éléments en pierre de taille font l’objet de grâces Modern Style du plus charmant effet, tout en volutes curieuses, en chapiteaux compliqués, en appuis de balcons ou de fenêtres d’une rare complexité. Les escaliers sont clairement mis en valeur par d’étroites ouvertures et un petit belvédère surmonte les toitures, donnant à cet amusant édifice une allure de petit château urbain.

Malheureusement, nous ne saurons certainement rien sur cette Emilie qui donna son nom à la maison, ni sur l’architecte Lebègue qui, le temps d’une construction, se donna les allures d’un Gaudi local, grâce à une fantaisie tout à fait divertissante et variée, par endroit totalement débridée. L’analogie avec le grand architecte catalan ne peut être que fortuite, car Gaudi était alors très peu connu en France, et encore moins à Fécamp qu’à Paris ! Mais l’Art Nouveau fut un état d’esprit général, à travers toute l’Europe, qui entraîna probablement d’étonnantes similitudes, d’autant plus troublantes qu’elles étaient, pour certaines, assurément involontaires.
Pour une fois, mon commentaire n'est pas très bavard. Mais je pense que les images parlent d'elles-mêmes et suffisent à flatter une maison très originale.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Juste pour info, Fécamp est en Seine-Maritime (76) et pas dans le Calvados.

Le mateur de nouilles a dit…

Merci pour m'avoir signalé mon étourderie... Je corrige !