jeudi 17 mai 2007

Quelques détails de sculpture Art Nouveau


L’article d’aujourd’hui a simplement pour but de faire découvrir quelques jolis détails, trouvés au hasard de mes ballades dominicales. Les édifices eux-mêmes ne présentent qu’un intérêt limité, et il serait peut-être bien abusif de les inclure dans une série de “chefs-d’œuvre”, juste pour quelques motifs d’un dessin agréable. Il m’aurait néanmoins semblé dommage de ne pas signaler leur existence.
Commençons donc avec une belle porte à entourage de pommes de pin - un motif très à la mode, en 1900 -, trouvé sur un immeuble d’Emile Bois, 188, rue de la Convention (1912), dans le XVe arrondissement.

Les pommes de pin servent également d’ornement à un bel immeuble d’Albert Sélonier, au 4, square de l’Alboni (1913), dans le XVIe arrondissement. L’édifice n’est pas signé, mais il est très comparable à deux autres constructions du même architecture, sur le boulevard Delessert. Le motif orne en même temps la porte d’entrée et la rampe d’accès au garage.

Au 28, rue des Renaudes (XVIIe arrondissement), c’est un immeuble, non signé, de H. Renault, qui peut nous arrêter. Il date de 1905 et porte un sympathique décor sculpté, principalement consacré à la fleur de tournesol. Mais on admirera principalement le joli buste de femme qui surmonte les deux portes d’entrée. Pas plus que la maison, cette jolie sculpture n’est signée. Dommage !

Enfin, au 76 avenue Emile-Zola (XVe arrondissement), Jules Longuet a édifié un bel immeuble d’angle, en 1907, dont la simplicité n’a d’égale que la beauté de sa porte d’entrée. Au creux d’une double volute joliment dessinée, un sculpteur anonyme d’un véritable talent a disposé deux grosses fleurs de pavot très détaillées, avec tiges et feuillages.
Je reviendrai, bien entendu, sur ces agréables détails. Prenez seulement le temps d'attendre une nouvelle cueillette...

2 commentaires:

Miquelon a dit…

Tiens, tiens un immeuble d'Emile Bois. Je cherchais ce que cet architecte, devenu je crois architecte en chef de la ville de Paris dans les années 30, avait bien pu faire d'autre que la monumentale église Saint-Pierre de Chaillot, avenue Marceau dans le 16e arrondissement.

Le mateur de nouilles a dit…

Comment quoi !
C'est exactement l'inverse pour moi : je me demandais bien ce qu'il avait bien pu faire après cet immeuble...
Je plaisante, bien sûr. Merci de m'avoir fait remarquer le lien avec Saint-Pierre-de-Chaillot.