jeudi 17 mai 2007

85 rue La Fontaine (16e arrondissement)


On ne connaît que deux immeubles d’Ernest Herscher à Paris : celui-ci et celui du 39, rue Scheffer, qu’il construisit pour lui-même en 1911. Fut-il véritablement architecte ? Il semble s’être essentiellement fait connaître comme graveur, à l’inspiration étrangement fantastique et idéaliste, une activité qui semble l’avoir accaparé au point d’en oublier l’architecture. Il a pourtant bien spécifié sur la façade, par l’abréviation “D. P. L. G.”, qu’il appartenait à la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement. Dommage qu’il n’ait pas plus construit, tant ses deux édifices connus sont attachants !

Pour la rue La Fontaine, deux demandes de permis de construire furent nécessaires. Godfrain, domicilié au 118, rue La Fontaine, fit paraître la mention de son premier projet, le 1er août 1905. Mais ce n’est que le 11 juin 1906 que la seconde apparut dans le Bulletin municipal de la Ville de Paris, correspondant à l’édifice finalement réalisé.
C’est la porte d’entrée qui attire l’œil en premier, avec son décor sculpté finement ouvragé. On y voit des oiseaux, un joli escargot sur la clé, puis surtout un adorable petit lézard, au bas du chambranle de droite, regardant avec gourmandise un charmant papillon voletant dans le feuillage.


Plus haut, ce décor sculpté apparaît beaucoup plus banal. Mais la grande originalité de l’immeuble, purement architecturale, se situe dans les derniers étages, où de grandes béquilles de fer soutiennent puissamment un grand balcon, puis la terrasse terminale. Magnifiquement dessinée, cette grande structure métallique prend solidement appui sur la pierre de taille. Sur les parties saillantes de la façade, d’autres éléments en fer servent de toiture aux dernières fenêtres. Leur forme poétiquement ourlée n’est pas sans rappeler quelques détails de la Samaritaine de Frantz Jourdain.

Aucun commentaire: