jeudi 17 mai 2007

60 rue La Fontaine (16e arrondissement)


L’hôtel du 60, rue La Fontaine, fut construit par Hector Guimard pour Paul Mezzara (1866-1918), un industriel du textile d’origine vénitienne, célèbre pour ses créations de dentelles. L’édifice appartient à la période “classique” de l’architecte, où les excentricités presque agressives du Castel Béranger ont désormais fait place à un style beaucoup plus adouci, épuré, raffiné. On pourrait presque dire : “embourgeoisé”.
Sorte d’adorable bonbonnière, dont la demande de permis de construire fut publiée le 11 mai 1910 - pour le n°62, la numérotation de la rue La Fontaine ayant été légèrement modifiée par la suite -, l’hôtel ne garde plus guère, de la grande époque de Guimard, qu’une grille dissuasive à motif de ronce. Cette grille permit la création d’une petite cour, où l’aile de service assure le lien entre l’hôtel - dont elle perturbe la trop stricte symétrie - et l’alignement du trottoir.
La grande originalité de cette agréable façade tient dans la variété de ses ouvertures, dont la principale ménage une sorte de petite terrasse à mi-hauteur.


Je ne dirai rien des beautés intérieures de cet hôtel - dont le propriétaire profita fort peu, avant de mourir pendant la Grande Guerre - que je laisse à chacun le soin de découvrir. Depuis longtemps converti en foyer de lycéennes, il appartient au ministère de l’Education nationale. Et on y organise, assez régulièrement, de sympathiques petites expositions. La porte s’ouvre donc largement à ces occasions-là et offre bien des surprises au curieux : un immense hall à l’étrange vitrail en forme de navette de dentellière, où Mezzara exposait ses créations ; un escalier intérieur, véritable catalogue des fontes dessinées par Guimard pour les fonderies de Saint-Dizier ; mais aussi le dernier ensemble mobilier de l’architecte encore en place, une magnifique salle à manger récemment restaurée, avec sa table, ses douze chaises et ses trois buffets. Cette salle n’est pas toujours ouverte au public, mais il n’est pas interdit d’imaginer se rendre à l’hôtel Mezzara un jour de chance !

Aucun commentaire: