jeudi 17 mai 2007

29 avenue Mac-Mahon (17e arrondissement)


Pour le docteur Henriquez de Zubiria, Georges Massa fit deux projets successifs, et complémentaires, destinés à la même parcelle de l’avenue Mac-Mahon. Une première construction, comportant un rez-de-chaussée et deux étages, fut demandée, le 1er juillet 1902. Mais, le 7 juillet 1903, propriétaire et architecte étaient à nouveau associés pour surélever l’édifice de trois nouveaux étages.
Ces derniers n’ont aucun intérêt particulier. Sauf qu’ils viennent atténuer le joli couronnement de la construction initiale, hérissé de pinacles gothiques.


Nous avons déjà dit (voir au 16, rue d’Abbeville) toute l’ambiguïté que Massa pouvait avoir avec le monde de l’Art Nouveau. Encore une fois, il nous propose ici une façade extraordinairement originale, de style très italien - osons même l’appeler “milanais”, tant certaines maisons de Milan savent avoir cette virile robustesse ! -, avec des pierres travaillées en bossage. A première vue, rien de réellement Art Nouveau dans cette architecture massive. Sauf que la maison n’évoque précisément aucun style historique alors en faveur à Paris ; l’exagération même de tous ses détails, la franchise d’un décor pesant et compliqué, semblent se rapprocher de l’Art Nouveau sans y toucher vraiment. Néanmoins, quelques détails de sculpture ne sont pas sans rapport direct avec l’univers qui nous intéresse, en particulier plusieurs têtes de femmes très “fin de siècle”.
Encore une fois, Georges Massa a brouillé les cartes, trouvant à être original sans être ouvertement “moderne”, et nous a susurré à l’oreille qu’il est... ce qu’il n’est peut-être pas.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ces trois derniers étages n'ont rien de très original?... si ce n'est l'audace de ne plus respecter l'aplomb des travées! De les "opposer" en quelque sorte.