jeudi 17 mai 2007

125 avenue Mozart (16e arrondissement)


Charles Rouillard, auteur de cet édifice élégant, visible presque en face de l’hôtel Guimard, est un architecte assez rare dont nous ne connaissons pas d’autre construction. A-t-il un rapport avec le Rouillard qui habita 7, rue des Halles, entre 1901 et 1904 - mais qui construisit dans les IIIe, XVe et XVIIIe arrondissement -, ou cet autre Rouillard, domicilié 87, boulevard de Magenta, lorsqu’il fit un projet dans le XIVe, en 1914. Malheureusement, le nôtre habitait au 121, rue de Turenne, lorsque le propriétaire, du nom de Miroudot, fit publier sa demande de permis de construire, le 15 février 1907. Sans doute doit-on voir en lui un artiste isolé, auteur d’un seul immeuble à Paris.

D’inspiration très nancéenne, avec ses beaux pignons sculptés, hérités de l’époque gothique, et les belles arcatures de sa loggia - un détail architectural qui, en 1908, avait depuis longtemps été récupéré à Paris, notamment par Charles Plumet ou Louis Sorel -, l’immeuble est d’une simplicité très efficace, sorte d’idéal de belle architecture 1900.
Mais sa sobriété n’est pas dénuée de charmants détails ornementaux, comme l’amusant écureuil qui déguste un gland, au-dessus de la porte d’entrée, joli petit poème sculpté.

Aucun commentaire: