mercredi 11 avril 2007

Entr'acte n°1 : ... à Nantes





Dans mon tout premier message, j'avais évoqué la possibilité de sortir de Paris. Comme le temps s'y prête actuellement, promenons-nous... Un récent voyage à Nantes m'a permis de revisiter "La Cigale", à Nantes. Un vrai régal pour les yeux, à chaque fois !
La façade de cette brasserie - située sur la place Graslin, quelque peu excentrée par rapport au centre-ville - ne donne aucun indice véritable sur ce qui attend le consommateur à l'intérieur, sauf peut-être les discrètes petites cigales qui ornent les sobres panneaux de faïences. Ces cigales sont un évident hommage à la fable de La Fontaine - et non à une hypothétique Provence, bien trop lointaine -, avec leurs amusantes guitares en bandoulière : il s'agit de la cigale avant l'hiver, insouciante et joyeuse. On ne verra donc jamais la fourmi dans cette brasserie ! Du moins, je ne l'ai pas vue. Ainsi, pas de morale triste en ce lieu...
A l'intérieur, c'est une tout autre affaire. L'endroit est composé de quatre salons, très différents les uns des autres, tant par leurs dimensions que par leur décoration. Celle-ci est composée de peintures, de sculptures en terre cuite, et surtout de panneaux de faïence, d'une incroyable diversité, et agencés dans un délicieux désordre. Un véritable catalogue ! Il y en a partout ; on ne sait où porter son regard.
Le créateur principal de ce décor s'appelait Emile Libaudière, mais l'imposant groupe sculpté placé au-dessus de la porte de la cuisine est signé "E. Gaucher". Nul doute : cet ensemble très ludique, extraordinairement bien conservé, est une oeuvre collective.
Il ne semble y avoir aucune unité iconographique, même si la plupart des panneaux est consacrée aux plaisirs de la table et de la bière, puisqu'on on y voit aussi des élégantes très "1900", des bateaux, des fleurs, des oies devant des moulins, et sans doute aussi quelques véritables portraits, dont celui du chef cuisinier de l'époque.
Nantes n'est pas resté célèbre pour ses curiosités Art Nouveau : ses lieux de divertissement ont tous disparu, et les quelques villas construites dans sa périphérie immédiate semblent avoir subi le même sort. Reste heureusement cette adorable brasserie où, le temps d'un café ou d'un déjeuner, la remontée dans le temps est garantie.





1 commentaire:

CS a dit…

Cher Amateur de Pâtes,
vous rendez un bien bel hommage à cette merveille d'architecture et de décoration intérieure. Merci!
Mais je suis certain que nous pouvons trouver d'autres superbes lieux Art nouveau à Nantes;il faut chercher un peu...et revenez nous voir!